Les artistes

Michelle Robert

  • Céramiste sculpteure

Pour moi le travail de l'argile est une relation à la nature et au moi silencieux,
un échange harmonieux entre la matière et moi ; la présence que j'exerce est
importante. J'ai découvert cette matière il y a plus de quarante ans et j'ai su tout de suite que je la travaillerai.
Elle est magique : l'humidité, la plasticité me procurent de la détente, de la
douceur, de la curiosité ce qui me conduira de l'informe à la forme. L'imagination, la joie, l'enthousiasme viendront compléter cette palette de couleurs et me permettre de retrouver mon âme d'enfant.
Il va falloir s'armer de persévérance car c'est l'école de la patience, il faut attendre que le temps accomplisse son œuvre (l'eau doit se déliter, l'air sécher la matière, la pesanteur la décanter, le feu la cuire).


Ma démarche est empirique.
Deux pôles apparaissent : une démarche sensorielle et une démarche intellectuelle.
Cette matière m'en impose. C'est avec beaucoup de respect que je la travaille.
C'est dans la profondeur de la terre qu'elle s'est constituée. Et il faudra les trois
autres éléments conjugués : l'eau, l'air et le feu pour que la métamorphose ait lieu.
Bien sur la Magie, c'est le feu qui apporte la touche finale, le feu qui demande
beaucoup de technicité. L'ouverture du four provoque toujours des émotions fortes.
Ces dernières années, j'ai découvert la technique du « Raku » liée à la culture
séculaire du Zen, à la cérémonie du thé au Japon. Cette technique produit des
fissures dans l'émail pénétré par l'enfumage provoqué par la flamme étouffée. Mais
quels résultats au final ! L'enthousiasme né de cette pratique ne me lâchera plus.
Cette belle histoire d'amour entre l'argile et moi a commencé dans ma jeunesse
et se poursuit à l'heure actuelle...


Michelle Robert dite « Romi ».